Qui Suis-je ?

D’où ça vient une tricoteuse ?

Petite fille, j’ai souvent vu ma mémé qui tricotait. A l’époque, je n’étais pas vraiment sensible à ce savoir-faire. Pourtant j’avais en cadeau gilets et pulls à rayures si tendances en ces années-là !!!

C’est adulte que j’ai commencé à apprendre le tricot, avec bien sûr, des débuts bien fastidieux. Certaines pourront en témoigner. Quelle patience il faut !!mais quel plaisir de partir d’un simple fil et de voir un ouvrage naitre. 

Enceinte de mon premier enfant, c’est à ce moment-là que le tricot est venu à moi. J’avais besoin de créer et lors de mes longues nuits d’insomnie, il fallait que je m’occupe à une activité silencieuse. Le tricot est apparu comme une évidence. C’est à ce moment-là que le l’histoire a débuté.

 

Le temps…

Petite fille de la génération ” le tricot à mémé”, c’est vrai qu’à l’époque les choses allaient moins vite .Quand on apprend le tricot, et bien, on change forcément son rapport au temps.On fait, on défait, on serre trop, pas assez, on perd des mailles… Bref, il faut du temps et s’armer de patience pour… enfin avoir la satisfaction de voir son ouvrage achevé.
Et là, le tricot à mémé , on comprend mieux, on comprend aussi qu’elle y mettait beaucoup de cœur et d’amour.

Le sens…

Après vient la question du sens. Chaque jour, on voit des entreprises qui ferment, des savoirs faire qui partent à l’étranger car tout ça revient moins cher. On achète ses vêtements et objets estampillés ”Made in China”. On voit des magasins franchisés un peu partout avec des vêtements ”sans goût et sans saveur”. On ne sait plus qui a fait quoi ni le temps que ça a pris à confectionner. Et bien, on me dit souvent que je rêve, c’est sans doute un peu vrai mais le sens c’est ce qui m’anime, me fait vibrer et me donne envie d’avancer. Sur Le Fil est né de cette volonté, volonté d’associer un savoir faire artisanal et une façon de se réapproprier notre façon de consommer.